Un champ cultivé, égayé de coquelicots rouges et blancs

Le coquelicot

Appelé aussi pavot rouge, il enflamme fréquemment, de ses pétales empourprés, les champs cultivés ou en jachères. Les fruits sont des capsules, glabres, contenant une incommensurable quantité de graines. Ces capsules se dessèchent peu à peu au soleil, puis, le 'capuchon', 'le chapeau' de la capsule se soulève légèrement afin de permettre à la semence de s'échapper et de se disséminer au gré du vent.                                                                                                                                                       

D'abord écrit 'coquelicoq' (1545), il tire son nom de l'ancien français: coquerico, en rapport avec sa couleur soutenue rappelant la crête du coq. Il inspira, par ailleurs de nombreux peintres. En particulier l'artiste impressionniste Claude Monet, qui réalisa quelques toiles consacrées à ce thème. ('Les Coquelicots' Argenteuil, 1873).

Depuis l'Antiquité, les fleurs sont associées au sentiment amoureux. Le coquelicot possède une symbolique particulière: il exprime l'ardeur fragile ainsi que la consolation.

Un petit périple photographique, au coeur d'un champ égayé de coquelicots, m'a incité à écrire un poème consacré à ces fleurs.

 

Le petit guilleret des champs

Prince Coquelicot,

Monté sur ses frêles ergots,

Empourpré et ardent,

Balance au gré du vent,

Ses pétales frémissants.

Baiser enflammé,

Musardant au coeur d'un champ de blé,

Sensuel et éphémère,

Il offre sa beauté altière

Aux premiers rayons de l'aube qui naît

                                                           Janique Boname

                

                                                                                                                                           

    

Bienvenue sur mon site !

Passionnée de photographie, j'aime entreprendre de longues pérégrinations dans la nature, capturer, au détour du sentier, l'image insolite de la faune champêtre locale. Poser le regard sur l'infiniment petit, observer le moindre brin d'herbe, scruter attentivement chaque fleur... afin de découvrir, au sein de cette flore, ses nombreux habitants: des promeneurs en guinguette se chauffant les élytres au soleil, un grillon stridulant joyeusement à la porte de son logis, un papillon sirotant le nectar d'un bouton d'or, mollement bercé par une légère brise matinale...

Je cultive un grand intérêt pour la photographie macroscopique: fixer l'image d'un insecte, d'un animal pris sur le vif, dans son milieu naturel par le biais de l'appareil photographique. Explorer, rencontrer, se laisser surprendre, prendre le temps, être patient.. La nature offre au regard, à qui sait être attentif, un carrousel de beautés. Elle est et restera, pour moi, une source inépuisable d'inspiration.

Janique Boname

© Pérégrinations photographiques de Janique

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site